Et si le management s’apprenait finalement… dans les livres ?

Depuis de nombreuses années, j’ai pu partager avec les étudiants que j’accompagne régulièrement une profonde conviction : le management ne s’apprend pas dans les livres.

Il est aujourd’hui temps de moduler ce jugement. De lui apporter un erratum, un « annule et remplace« .

Car à bien y regarder, Franquin, Hergé, Peyo, Uderzo et Goscinny pour ne citer qu’eux, nous ont légué dans leurs oeuvres un précieux héritage.

En cette semaine de « Pont » pour certains, il était tout à fait logique d’en construire un, plus symbolique, entre BD d’autrefois et pratiques d’aujourd’hui.

Au premier comme au second degré, leurs bandes dessinées, des Aventures de Tintin aux Schtroumpfs, d’Asterix et Obélix à Gaston Lagaffe, regorgent de ces petits clins d’oeil à nos vies trépidantes de managers d’équipes et de responsables d’entreprise.

Avec quelques années de recul dans notre parcours professionnel, il faut bien admettre que tout y est.

Vous êtes prêts ? En avant !

(Note de l’auteur : en cette période de repos et de vacances, j’ai opté pour les images afin d’optimiser -pour cette fois- votre confort de lecture 🙂

 

1- Capter et fidéliser les talents

Comme chacun sait, tout commence par une entreprise accessible, attractive,  et des process de recrutement centrés sur le candidat-client. Un processus de sélection attentif et respectueux des personnes.

Chacun sait aussi qu’il a fallu beaucoup de temps pour en arriver là. Car encore tout récemment :

 

Méthodes peu orthodoxes, qui avaient aussi parfois fait des émules en matière de gestion des carrières et de fidélisation des talents de l’entreprise :

 

2- Manager avec… bienveillance

La sphère managériale de 2017 est en ébullition : à ma droite les ardents défenseurs du « management bienveillant », à ma gauche, les pourfendeurs du concept. Débat que nous savons difficile à trancher tant il déchaîne les passions…

La balance de nos émérites dessinateurs penchant toutefois plutôt pour le camp de gauche.

Et deux fois plutôt qu’une :

 

 

 

3- Tout commence par une stratégie bien ordonnée, depuis la nuit des temps…

Tous les marins vous le diront : « il n’est point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va« .

Et là, force est de constater, hier comme aujourd’hui, que tout s’éclaire :

Nous ne sommes pas rendus…

4- Stratégie à mener avec un certain courage… managérial

Protéger ses équipes, les inciter au dépassement, encourager leur contribution : vous connaissez tout cela, en managers avertis.

Nos auteurs aussi :

 

 

5- En simplifiant tout ce qui peut l’être…

Parce que le digital doit contribuer à améliorer nos process, leur donner le coup de neuf nécessaire, tout en fluidifiant nos fonctionnements en interne comme avec nos parties prenantes.

Adieu formulaires superflus, carcans administratifs, procédures à n’en plus finir, validations de chaque décision par d’innombrables strates…

Attendez un instant.

Mais, j’y pense, n’en serions-nous pas en réalité toujours au même point ?

@ que oui !

 

Vous avez raison, c’est entendu, j’exagère sans aucun doute…

 

 

6- Avec, au milieu de tout cela, une place centrale pour les équipes RH

Ecoute, accompagnement, disponibilité.

Là encore, hier comme aujourd’hui, le savoir-faire des équipes RH en matière de dialogue social est reconnu et mis en lumière : 

Dans les instances …

Comme dans la gestion collective des partenaires sociaux…

Et la conduite des entretiens individuels chaque fois que nécessaire :

 

Sans jamais perdre de vue les sujets de fond (pas de fonds, quoique :-)) : ici l’égalité professionnelle femmes/hommes et le suivi des effectifs de l’entreprise !

  

Votre DRH a réponse à tout… du moins souvent… le plus souvent possible… enfin, bref, il essaye…

 

7- Sans jamais tomber dans les pièges de la réunionite aïgue

Certains, pardonnez-moi, sont tombés dans la marmite de la réunion lorsqu’ils étaient petits.

Et ils ont traversé les siècles et les années… comme une tradition (ou plutôt une malédiction en l’espèce)…

Ce que nos auteurs avaient parfaitement compris...

 

8- Ni ceux de la maîtrise inconsidérée des frais de déplacement

Autre époque, autre moeurs, à l’heure où il semble désormais d’usage de tailler les crayons par les deux bouts…

 

9- En faisant fi de l’orgueil et des logiques de territoire…

Les hommes naissent « libres et égaux », mais, à dire vrai, on a souvent l’impression qu’ils naissent surtout « égo » 🙂

Ce que, déjà, on pouvait retrouver dans les aventures de nos personnages célèbres qui nous accompagnent fidèlement (et un peu hilares il est vrai…) depuis le début de cet article :

 

Pour finir

Je ne résiste pas à d’ultimes clins d’oeil qui feront écho à nos pratiques managériales d’aujourd’hui.

Avec par ordre d’apparition : idée fixe en 2 mots (Idéfix), « la joie par le travail », « le chef a toujours raison », la confcall m’a tué, le franco-français temps de travail (et les congés qui vont avec !), les moralisateurs donneurs de leçons (nous en connaissons tous !)…. et pour finir un affreux sentiment qui nous poursuit parfois !   

 

 

Je vous souhaite de vous replonger avec délectation dans vos vieilles BD qui dorment au grenier ou dans vos étagères.

Elles nous disent beaucoup sur nos pratiques… qu’il est urgent de revisiter… avec le sourire !

Et le meilleur, pour finir, comme en écho à de nombreux chantiers ouverts mais jamais finis à temps

Bonne courte semaine 🙂

Note de l’auteur : captures d’images réalisées à partir d’albums détenus en propre.

One thought on “Et si le management s’apprenait finalement… dans les livres ?

Réagissez