Non-dit et on-dit : l’offre d’emploi sur le grill (la suite)

Janvier, c’est le mois des vœux, et des bonnes résolutions.

Comme celles, tant attendues, de pratiques plus responsables en matière d’emploi et de recrutement.

Enfin, en théorie !

Car à bien y regarder, en ce début 2015, certaines vieilles habitudes semble nous coller à la peau, ce qui n’est pas sans nous rappeler le sparadrap du bon vieux Capitaine Haddock.

SPARADRAP

Ainsi va le marché de l’emploi hexagonal, toujours partagé entre :

  • le marché dit ‘caché’, dont un grand nombre d’acteurs se veulent désormais les pourfendeurs
  • le marché visible et officiel, structuré autour de ces offres d’emploi que nous croisons chaque jour, sur des supports variés

Un marché visible, pour des annonces aux vices cachés, lorsqu’ils ne sont pas dans certains cas tout à fait apparents !

Dans certains cas, au-delà de ses vices (en deux mots), l’offre d’emploi en question a même franchement des allures de mirage, puisque le poste proposé s’avère en réalité inexistant ou déjà pourvu !

MIRAGE

Pour nous en parler, je vous annonce (c’est fort à propos vous en conviendrez :-)) le retour de Caroline, notre candidate DRH, que nous retrouvons ici avec plaisir en ce début d’année.

 

cAROLINE bETTINI

Candidate attentive, je repère instantanément une offre qui me correspond. Cette offre vous l’avez forcément croisée, si comme moi vous travaillez dans les RH. Sans doute parce qu’elle ressemble tellement à d’autres.

Vous me reconnaissez ? Je suis l’annonce « one size fits all ».

TAILLE UNIQUE

« Numéro un en Europe, Société X est un acteur incontournable du traitement de l’eau sur les marchés de l’industrie, des collectivités et du résidentiel. Pour accompagner les transformations qui accompagnent le développement de l’entreprise, notre client crée un poste de DRH, membre du Comité Exécutif. Rattaché au Directeur Général, vous aurez la responsabilité d’une équipe de cinq personnes (paie, formation, recrutement) et aurez en charge de moderniser et faire évoluer les outils et process RH pour anticiper les transformations à venir de l’entreprise. De formation supérieure, vous avez au moins quinze années d’expériences dans des environnements similaires qui vous ont permis de démontrer une grande maitrise technique sur l’ensemble du périmètre des Ressources Humaines et de développer une bonne capacité à traduire en termes opérationnels les contraintes réglementaires de la fonction. Véritable  » business partner  » votre curiosité pour les données économiques et les enjeux du secteur constitue une clé de succès dans vos fonctions. Une pratique de l’anglais, au moins à l’écrit est indispensable pour la communication avec le groupe. »

En cet instant précis, je me remémore le célèbre adage : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément ».

Chic chic chic, cette annonce, même interchangeable avec d’autres, correspond en tous points à mon profil, mon expérience, mon parcours et les secteurs que je connais déjà et qui m’intéressent. Euréka !

J’envoie mon CV et lettre de motivation, sûre que je rentre dans les clous. Super !

Je suis contactée par le cabinet de recrutement. Je prépare mon entretien, contacte des personnes de mon réseau pour m’en dire un peu plus, effectue des recherches sur internet… très motivée car je connais un peu cette société qui était concurrente de la mienne il y a quelques années. Mon enthousiasme et mon optimisme grandissent à vue d’œil.

ENTHOUSIASMEExcellents entretiens avec 2 consultants qui confirment que l’annonce est exactement ce que j’en avais compris et qui me correspond en tous points. Vous savez, la bonne élève qui a coché toutes les cases pour valider que sa candidature est valable !

Une vie de candidate quoi !

On me demande de passer un test de personnalité. Pas de souci ! Allons-y. D’autant que l’on peut toujours apprendre sur soi. Je rappelle les consultants pour le feedback du test. Au passage un bon point pour eux, d’un point de vue déontologique.

Je suis en phase avec le retour, il s’agit bien de moi : leadership, ouverture d’esprit, curiosité, remise en question, plaisir du travail en équipe…et, le point faible (on ne peut pas être bonne partout) : l’organisation. Esprit structuré mais faisant beaucoup de choses à la fois et donc peut paraître peu organisée.

Remerciements aux consultants pour l’accueil réservé, le partage, confirmation de ma motivation et reformulation succincte des points discutés en entretien. Ma candidature sera présentée aux dirigeants de la société.

Aucun clignotant au rouge, ni même orange.

FEU VERT

Quelques jours plus tard, le couperet tombe. « Votre candidature n’a pas été retenue, en effet, notre client a préféré des candidats plus administratifs, moins développeurs, moins business partners. Nous regrettons… ».

Cataclysme : aurais-je donc rêvé ?

Reprenons l’annonce ensemble, car vous comme moi avons peut-être mal lu : « véritable business partner … accompagnement des transformations dans le cadre du développement de l’entreprise… moderniser et faire évoluer les outils RH… anticiper les changements… ».

Ah non, tiens, tout y est. C’est bien cela. Etrange et incompréhensible à la fois. « Le client » a ses raisons que le candidat ignore…

De vous à moi, c’est donc la loi des séries, le sort qui s’acharne. Car en ce qui me concerne cette réponse succède à tant d’autres !

Comme pour une autre annonce tout à fait similaire, pour laquelle le recrutement s’est finalement fait en interne. Bien ! Je ne peux, sans doute comme vous, qu’approuver l’évolution interne, mais pourquoi alors passer une annonce, recevoir je ne sais combien de CVs, prendre le risque de faire perdre du temps et de l’espoir aux candidats, perdre du temps à en recevoir éventuellement quelques-uns, puis leur répondre négativement (si toutefois on leur répond) ? Etrange, bizarre… (bis)

MYSTERES

Là, une autre annonce, étrangement semblable, passée par cette fois par l’intermédiaire d’un cabinet que je connais. Avec qui je me permet donc de reprendre contact. « Aucun doute, vous seriez parfaite pour le poste, mais petit bémol, la direction ne veut pas de femmes » Vlan ! Cela existe encore ?! Que faire ? « C’est le choix du client ! C’est inscrit dans le cahier des charges ». Dans le cahier des charges, mais évidemment pas de l’annonce, et l’on comprend pourquoi. Leçon à retenir : il y a l’annonce, le cahier des charges… et la réalité…

Mes amis, nous ne sommes pas tirés d’affaire.

Alors, petit conseil : ne cherchez pas à lire entre les lignes d’une annonce. Ou à attendre l’annonce idéale pour postuler.

L’entreprise vous intéresse ? Vous connaissez le secteur d’activité ou vous souhaitez le découvrir ? Alors foncez ! Envoyez votre candidature sans vous demander pendant des heures si tous les points du poste coïncident pas totalement à votre parcours professionnel.

Les annonces sont pratiquement toutes identiques. Imparfaites, trompeuses ou partielles, délibérément ou pas. Souvent ou systématiquement.

Faisons plutôt le pari qu’un recruteur responsable saura regarder au-delà de son annonce et de votre CV qui qui ne parle finalement que de votre passé.

AVENIR

Car en réalité, l’entreprise qui vous embauchera sera votre futur. Une nouvelle page professionnelle à écrire ensemble.

Je le v(o)eux !

Réagissez